symmastia apres implant mammaire
SOLUTION – Symmastia et la jonction des implants mammaires
29 septembre 2022
guide postoperatoire cryolipolyse
Guide postopératoire de la cryolipolyse
11 octobre 2022
thromboembolie et liposuccion

La liposuccion et risque de thromboembolie

De nombreux cas de thromboembolie et de décès liés à la liposuccion ont été rapportés. L’exposition d’un patient au traumatisme cumulé et au stress physiologique de plusieurs interventions chirurgicales effectuées en une seule journée peut augmenter le risque de thromboembolie. Les chirurgiens liposuccion doivent être conscients des risques associés à l’exposition à un traumatisme chirurgical prolongé et étendu et à une exposition prolongée à l’anesthésie systémique.

La liposuccion de différentes zones simultanées est la pratique consistant à diviser une grande quantité de liposuccion en deux ou plusieurs interventions chirurgicales distinctes qui sont effectuées séquentiellement et à plusieurs semaines d’intervalle. De petites interventions de liposuccion individuelles effectuées en série sont plus sûres qu’une liposuccion traumatique à grand volume. De même, la liposuccion ne doit généralement pas être associée à d’autres interventions chirurgicales esthétiques non apparentées.

Liposuccion circonférentielle des cuisses

D’après mon expérience, chaque cas de TVP ou d’EP après liposuccion a été associé à une liposuccion de l’intérieur et de l’extérieur des cuisses ou à une plastie abdominale.

La liposuccion circonférentielle de la cuisse avec une seule intervention chirurgicale étendue provoque un lymphœdème focal prolongé et un œdème pédieux distal. Lorsque cette liposuccion est séparée en deux ou plusieurs procédures en série, l’incidence de l’œdème distal est considérablement réduite. Le risque de TVP pourrait être réduit en évitant la liposuccion circonférentielle de la cuisse, avec son œdème pédieux associé et la veinostase des membres inférieurs.

Liposuccion excessive et thromboembolie veineuse

La thromboembolie veineuse est une complication fréquente des traumatismes majeurs. Le nombre de zones traitées par liposuccion et le volume de graisse retiré sont linéairement liés au degré de traumatisme chirurgical de la liposuccion, à la durée d’exposition à l’anesthésie générale et à la durée d’immobilisation postopératoire. Celles-ci sont à leur tour directement liées au risque de TVP postopératoire, d’EP et d’EP mortelle.

Les chirurgiens qui utilisent l’anesthésie systémique pour la liposuccion sont confrontés à un dilemme difficile : est-il plus dangereux de soumettre un patient à une liposuccion corporelle totale agressive ou à des expositions multiples à l’anesthésie générale ? Aucune étude scientifique n’appuie l’une ou l’autre de ces décisions. Le dilemme peut être évité en faisant une liposuccion totalement sous anesthésie locale.

Traumatisme thermique

La chirurgie de la hanche est associée à la plus grande incidence de TVP et d’EP subséquente. Une anesthésie générale, un traumatisme direct des veines, une exposition étendue de l’endothélium capillaire avec activation locale de la cascade de coagulation et une lésion thermique due à la chaleur de l’acrylique en polymérisation peuvent précipiter une thrombose veineuse proximale.

La chirurgie extensive de liposuccion expose le patient à des insultes similaires. Le traumatisme thermique associé à la liposuccion assistée par ultrasons internes peut augmenter le risque de TVP et d’EP. Les machines de liposuccion à ultrasons génèrent de la chaleur et augmentent la température du liquide tumescent sous-cutané.