joues affaissées
Qu’est-ce qui cause l’affaissement des bajoues ?
24 mai 2021
douleurs seins
Qu’est-ce qui cause une douleur aiguë dans mon sein ?
31 mai 2021
equilibre des hormones

Un déséquilibre hormonal peut avoir un impact significatif sur la santé globale. Certains facteurs échappent au contrôle d’une personne. Cependant, il existe des éléments gérables qui peuvent également influencer les niveaux d’hormones.

Le système endocrinien fait circuler des hormones, qui remplissent diverses fonctions tout au long de la journée.

Même de petits changements dans les niveaux d’hormones peuvent entraîner des effets indésirables, y compris un stress supplémentaire sur le corps. Les symptômes peuvent s’aggraver avec le temps et un déséquilibre hormonal peut entraîner des problèmes chroniques.

Pour certaines personnes, faire de simples changements de style de vie peut aider à rétablir les niveaux appropriés d’hormones.

Les stratégies suivantes peuvent aider :

1. Dormir suffisamment

Le sommeil peut être l’un des facteurs les plus importants de l’équilibre hormonal. Les niveaux de certaines hormones peuvent augmenter et diminuer tout au long de la journée en réponse à des problèmes tels que la qualité du sommeil.

Selon une étude les effets indésirables des troubles du sommeil sur les hormones peuvent contribuer à :

Obtenir régulièrement une nuit de repos complète et non perturbée peut aider le corps à réguler les niveaux d’hormones.

2. Éviter trop de lumière la nuit

L’exposition à la lumière bleue, comme celle des téléphones portables ou des écrans d’ordinateur, peut perturber le cycle de sommeil. Le corps réagit à cette lumière comme s’il s’agissait de la lumière du jour et ajuste les hormones en réponse.

Une Étude note que l’exposition à un éclairage artificiel intense la nuit peut perturber le corps, l’amenant à supprimer l’hormone mélatonine, ce qui peut affecter négativement de nombreuses fonctions.

Éviter les lumières artificielles peut aider à réguler les hormones et à rétablir un rythme circadien naturel.

3. Gérer le stress

Une étude indique un lien entre le stress, le système endocrinien et les niveaux d’hormones. Les chercheurs affirment que le lien est fort, avec même un faible niveau de stress provoquant une réponse endocrinienne.

Le stress entraîne une augmentation de l’adrénaline et du cortisol. Si les niveaux de ces hormones sont trop élevés, cela peut perturber l’équilibre général et contribuer à des facteurs tels que l’obésité, les changements d’humeur et même les problèmes cardiovasculaires.

Pour cette raison, il est important de trouver des moyens de réduire le stress. Une étude suggère que le simple fait d’écouter de la musique réduit le stress, surtout si la personne a l’intention de se détendre.

4. Exercice

Les effets hormonaux de l’exercice régulier peuvent empêcher de trop manger. UNE étude note que même de courtes séances d’exercice aident à réguler les hormones qui contrôlent l’appétit.

UNE étude souligne qu’une activité physique régulière réduit le risque de résistance à l’insuline, de syndrome métabolique et de diabète de type 2 .

5. Éviter les sucres

Les conclusions d’un Bilan soutiennent l’idée que le sucre joue un rôle dans des problèmes tels que les maladies métaboliques et la résistance à l’insuline.

Cela suggère que l’élimination du sucre de l’alimentation peut aider à contrôler les niveaux d’hormones, y compris l insuline.

Certaines personnes évitent les sucres spécifiques. Cependant, des chercheurs ont constaté que le sucre de table, le sirop de maïs à haute teneur en fructose et le miel provoquaient des réactions similaires. Une personne peut donc bénéficier d’éviter tous les sucres ajoutés plutôt que des types spécifiques.

6. Manger des graisses saines

Les graisses saines peuvent aider à maintenir un équilibre des hormones impliquées dans l’appétit, le métabolisme et la sensation de satiété.

UNE Étude suggère que les acides gras à chaîne moyenne, tels que ceux trouvés dans les huiles de noix de coco ou de palme rouge, peuvent agir pour réguler les cellules responsables de la réponse du corps à l’insuline.

Pendant ce temps, les chercheurs ont découvert que l’huile d’olive peut équilibrer les niveaux d’une hormone qui régule l’appétit et stimule la digestion des graisses et des protéines.

7. Manger beaucoup de fibres

Les fibres peuvent jouer un rôle important dans la santé intestinale et peuvent également aider à réguler les hormones telles que l’insuline.

UNE étude note que certains types de fibres agissent également pour équilibrer les niveaux d’autres hormones, ce qui peut aider une personne à maintenir un poids santé.

8. Manger du poisson gras

Les niveaux élevés de graisses dans certains poissons peuvent contribuer à la santé cardiaque et digestive et peuvent également être bénéfiques pour le cerveau et le système nerveux central.

Une Étude indique qu’une alimentation riche en poisson gras peut aider à prévenir les troubles de l’humeur tels que la dépression et l’anxiété. Dans certains cas, l’ajout de poisson gras à l’alimentation peut contribuer à traiter les troubles.

Les oméga-3 contenus dans les poissons gras peuvent jouer un rôle particulièrement important dans l’équilibre de l’humeur.

9. Éviter de trop manger

Une suralimentation régulière peut entraîner des problèmes métaboliques à long terme, mais un Étude 2013Source de confiance ont constaté que même la suralimentation à court terme modifie les niveaux de graisses en circulation et augmente le stress oxydatif.

Les chercheurs ont également souligné une augmentation des céramides, qui sont des cellules graisseuses de la peau, notant qu’une augmentation significative pourrait favoriser la résistance à l’insuline. Ils ont appelé à des recherches plus poussées dans ce domaine.

10. Boire du thé vert

Le thé vert est une boisson généralement saine contenant des antioxydants et des composés qui améliorent la santé métabolique.

Une étude récente souligne un lien entre le thé vert et la réduction des niveaux d’insuline à jeun.

Les antioxydants contenus dans le thé peuvent également aider à gérer le stress oxydatif.

11. Arrêt du tabac

La fumée de tabac peut perturber les niveaux de plusieurs hormones.

Par exemple, selon un Étude 2018Source de confiance, la fumée peut modifier les niveaux d’hormones thyroïdiennes, stimuler les hormones hypophysaires et même augmenter les niveaux d’hormones stéroïdes, comme le cortisol, qui est lié au stress.