perforation septale
Chirurgie de perforation septale
25 juin 2021
bellafill technique
Bellafill : technique de rajeunissement non chirurgicale
29 juin 2021
lymphome anaplasique mammaire

Le lymphome anaplasique lié aux prothèses mammaires

Le lymphome anaplasique à grandes cellules associé aux implants mammaires (LAGC-AIM) est un cancer très rare du système immunitaire. Ce n’est pas un cancer du sein. Il s’agit généralement d’un cancer à évolution lente qui peut souvent être traité en retirant les implants mammaires et le tissu cicatriciel. Moins de 10 patients par an ont un BIA-ALCL.

Qu’est-ce que le lymphome anaplasique à grandes cellules associé aux implants mammaires (LAGC-AIM) ?

Le lymphome anaplasique à grandes cellules associé aux implants mammaires (en abrégé BIA-ALCL) est une forme rare de lymphome à cellules T qui survient chez certaines personnes ayant eu des implants mammaires. Ce n’est pas un cancer du sein mais plutôt un cancer du système immunitaire. La maladie peut affecter un très petit nombre de femmes qui ont reçu des implants mammaires, principalement du type texturé (rugueux). Le lymphome survient dans le tissu cicatriciel (capsule fibreuse) qui entoure l’implant et, dans les cas plus avancés, peut se propager aux ganglions lymphatiques situés près du sein.

BIA-ALCL progresse généralement lentement. Habituellement, il peut être traité en retirant chirurgicalement l’implant mammaire ou les implants et le tissu cicatriciel. Cependant, dans de rares cas où le cancer se propage aux ganglions lymphatiques dans d’autres parties du corps, il peut être fatal.

Quelle est la fréquence du lymphome anaplasique à grandes cellules associé aux implants mammaires (ALCL-AIM) ?

BIA-ALCL est une maladie très rare. Moins de 10 patients chaque année sont diagnostiqués avec cette forme de lymphome. On estime que 10 à 11 millions de femmes dans le monde ont reçu des implants mammaires. La grande majorité des cas de la maladie sont survenus chez des patients ayant reçu des implants texturés, selon les informations de la FDA. Le risque de développer un BIA-ALCL varie d’un sur 1 000 à un sur 30 000 pour les personnes portant des implants mammaires texturés.

Quels sont les facteurs de risque du lymphome anaplasique à grandes cellules associé aux implants mammaires (ALCL-AIM) ?

  • La cause exacte du BIA-ALCL n’est pas connue, mais les risques semblent augmenter pour les implants à surfaces texturées. Peu importe que les implants soient remplis de silicone ou de solution saline.
  • Les implants texturés peuvent provoquer plus d’inflammation que les implants lisses. Les facteurs contributifs possibles comprennent les réactions aux particules de l’implant, les allergies à long terme, les facteurs génétiques ou les réactions aux bactéries qui se développent à la surface de l’implant. Il ne semble pas y avoir de différence dans le risque de BIA-ALCL chez les femmes qui reçoivent des implants pour une augmentation mammaire ou pour une chirurgie reconstructrice du sein.

Quels sont les symptômes du lymphome anaplasique à grandes cellules associé aux implants mammaires (ALCL-AIM) ?

Si vous ressentez des symptômes qui vous concernent dans la zone de vos implants mammaires, essayez de vous rappeler que les problèmes non cancéreux sont une cause beaucoup plus probable. Il est recommandé que les femmes effectuent des auto-examens mensuels pour rechercher des grumeaux ou d’autres problèmes. Tous les symptômes liés aux implants doivent être évalués par un chirurgien plasticien certifié.

Dans les cas de BIA-ALCL, des symptômes tels que des changements dans la taille ou la forme des seins apparaissent bien après la guérison des sites chirurgicaux. Un sein peut sembler plus gros que l’autre ou avoir une forme différente de l’autre (asymétrique). Habituellement, il faut au moins deux ans après la chirurgie pour que les symptômes apparaissent. Cependant, le délai moyen avant l’apparition des symptômes est de huit ans.

Les symptômes du BIA-ALCL peuvent inclure :

  • Gonflement ou accumulation de liquide dans le sein ou autour d’un implant
  • Morceaux
  • La douleur
  • Modifications de la forme ou de la taille du ou des seins
  • Rougeur

Comment diagnostique-t-on le lymphome anaplasique à grandes cellules associé aux implants mammaires (ALCL-AIM) ?

Les femmes qui ont reçu des implants mammaires doivent signaler tout nouveau changement dans la taille ou l’apparence de leurs seins à leur médecin et planifier un examen physique. Les mammographies de routine ou les radiographies mammaires ne détecteront pas ce type de lymphome. Si votre médecin soupçonne que vous pourriez avoir un lymphome associé aux implants mammaires, il peut planifier des procédures de diagnostic qui peuvent inclure un ou plusieurs des éléments suivants :

  • Échographie ou imagerie par résonance magnétique : des tests d’imagerie diagnostique sont effectués pour détecter toute accumulation de liquide ou grumeaux dans le sein ou gonflement des ganglions lymphatiques.
  • Biopsie à l’aiguille : si les tests d’imagerie montrent qu’il y a une masse ou un excès de liquide, une biopsie à l’aiguille fine sera effectuée. Pendant la procédure, une petite quantité de liquide est retirée du sein avec une aiguille. L’échantillon est ensuite envoyé à un laboratoire pour d’autres tests.
  • Coloration immunitaire CD30 : Un test de laboratoire est effectué sur le liquide obtenu pour détecter la présence de CD30, une substance qui se produit lorsque les lymphocytes T sont activés. Si CD30 est présent, cela indique que le BIA-ALCL ne peut pas être exclu et que des tests supplémentaires sont nécessaires.

Comment le lymphome anaplasique à grandes cellules associé aux implants mammaires (ALCL-AIM) est-il traité ?

Si les tests diagnostiques confirment la présence de BIA-ALCL, le patient sera référé à un oncologue (spécialiste dans le traitement du cancer). L’oncologue déterminera le stade de la maladie et recommandera un plan de traitement. Le traitement dépendra du type et du stade de la maladie, de l’état de santé général de la patiente, de son âge et d’autres facteurs.

  • Chirurgie : Dans la plupart des cas, l’ablation chirurgicale de l’implant et de la capsule fibreuse qui l’entoure (capsulectomie) est efficace pour traiter la maladie. L’ablation de certains ganglions lymphatiques peut également être nécessaire s’ils contiennent des cellules cancéreuses.
  • Chimiothérapie : dans les rares cas où le cancer est plus avancé ou agressif, les patients peuvent avoir besoin de subir une chimiothérapie en plus de la chirurgie.